Avertir le modérateur

  • Vous avez dit populiste?

    medium_parisein.2.jpgLe Parisien - Aujourd'hui en France s'interroge dans son édition de vendredi sur la manière dont le mot "populisme" est utilisé par les protagonistes du grand cirque politico-médiatique (comme disait l'autre). A l'appui, le décryptage en parfaite symétrie des quelques propos choc de Sarko et Ségo qui en feraient presque oublier ce qu'on pensait jadis de Jean-Marie ou Philippe... l'encadré sur le "Poids des mots" permet de revenir au dictionnaire même si dans ce domaine chaque dictionnaire y va aussi de sa nuance.

    Pour l'universitaire Jacques Marseille, "Le populisme n'est pas un gros mot" et de fustiger "la faillite des élites".

    Alors comment a-t-on le droit de parler du peuple au peuple, quand on est un homme (ou une femme) politique et comment les médias doivent apprécier ce type de posture politique dopée par les bons sondages au bons moments.

    Quand Sarko épingle le laxisme d'un tribunal, v'la tout de suite dans la foulée le sondage qui dit que "les Français" lui donnent raison à x % Finalement on se demande si la nouvelle règle du jeu ce n'est pas la suivante: "je dis une grosse connerie mais si le sondage est bon, je persiste et je signe"

    Bon, le dossier du Parisien-Aujourd'hui en France a au moins le mérite de poser clairement la question...

  • Joey Starr contre Sarkozy

    Les Unes des quotidiens de Libération et Aujourd'hui en France de vendredi dernier semblaient se répondre.

    Alors que l'on "célébrait" l'anniversaire des émeutes dans les quartiers, Libération invitait la rapp-Starr à commenter toute l'actualité du jour intervenant directement dans les pages notamment sur le sujet des quartiers; coquetterie de directeur artistique ou vraie intervention sur le fond, la têtière des pages spéciales consacrées à ce 1er anniversaire a été barrée par Starr qui a remplacé le mot "banlieues" par le mot "quartiers". La première page a malgré tout échappé à ce recentrage sémantique puisque Libé titrait "Joey, pas de quartier!"

    Pour sa part, Aujourd'hui en France invitait Nicolas Sarkozy pour un face-à-face avec des habitants de ces quartiers justement sous le titre "Sarkozy face à la banlieue".

    Evidemment, côté contenu, la tonalité n'était pas la même. Mais, cela on s'en serait douté...

    Mais le contraste entre ces deux Unes d'un jour laisse encore quelques espoirs sur le rôle que la presse écrite - ci des quotidiens nationaux qui actuellement mènent campagne auprès du grand public - peut jouer dans le débat démocratique. Pour peu que les citoyens veuillent bien encore la lire...

  • Le journaliste multimédia reste un journaliste

    medium_remington2_1878.jpg
    Quel métier ferons-nous demain ? Sûrement le même qu’aujourd’hui si l’on accepte l’idée que le journalisme ne se confond pas avec le support sur lequel il s’exerce. Alors les journalistes d’hier, ceux d’aujourd’hui et ceux de demain seront-ils les mêmes, mutants professionnels perpétuels ou faudra-t-il de « nouveaux journalistes » (comme il y eut jadis des « nouveaux philosophes » dont il faudra encore m’expliquer l’intérêt…) ?
    En d’autres termes, Médiacafé http://mediacafe.blogspot.com/2006/10/faut-il-runir-les-rdactions-du-print.html pose la question de la fusion des rédactions papier et web. Qui dit fusion dit confusion crient déjà certains confrères, persuadés qu’écrire un papier qui court sur la moitié d’une page sur un sujet avec trois intertitres relève plus du journalisme et de la qualité de l’information que de « poster » une info sur un blog et de « tchatcher » avec ses lecteurs !
    L’époque où l’on tapait encore à deux doigts sur des machines à écrire – avec cette poésie du cliquetis façon film série B américaine, clope au bec et téléphone coincé entre l’épaule et l’oreille – n’est pas si lointaine que cela. Le passage au clavier numérique n’aura changé que la technique de traitement de texte (exit, le stypex, la colle et les ciseaux), peut-être un peu la manière d’écrire, de par la facilité de corriger ou de modifier plus simplement un texte. Peut-être aussi une meilleure évaluation – avec les systèmes de comptage des logiciels de traitement de texte – de la longueur des papiers ; d’autant que parallèlement le systèmes éditoriaux ont eux aussi évolué et le pré-calibrage des textes est devenu plus précis encore.
    Bref, tout ce petit monde du papier vivait sa vie tranquille à écrire comme au bon vieux temps mais sur un nouvel outil simplement. Mais internet a bousculé la donne en ouvrant soudain le monde et les sources d’information du reporter. Le copier-coller s’est répandu permettant déjà la duplication de textes, de nouveaux montages d’articles ou tout simplement pour les plus paresseux du pompage de dossiers de presse !
    Quel rapport me direz-vous avec le multimédia ? Tout simplement, le multimédia relance la machine à écrire l’info en lui donnant des yeux pour voir, des oreilles pour entendre. La photo statique de la page imprimée s’anime soudain ; le texte se met à parler ; le lecteur au lieu d’être cité et voir ses propos réécrits, synthétisés, tronqués, détachés de leur contexte, prend directement la parole et s’épanche quasi librement sur son blog. Et en plus, il peut dire ce qu’il pense de l’information mais aussi de la manière de la traiter par les médias. Il va même parfois jusqu’à donner une note au travail du journaliste !
    Face à tous ces nouveaux paramètres on comprend l’angoisse du journaleux cramponné à son pouvoir d’écrivant et de sachant. Du coup, doit-il résister jusqu’au dernier bout de colonne imprimée face à ces nouveaux modes de production et d’échange de l’information et ces nouveaux rapports avec le monde environnant ?

     

     

  • Le lièvre et la tortue

    Rien ne sert de courir, il faut partir à point. La fable vaut-elle pour la course que se livrent une vieille tortue en papier et un jeune lièvre numérique? On le saura sur la ligne d'arrivée, même si cette dernière peut encore se déplacer...
    Les médias « anciens » n'ont plus peur aujourd'hui, me semble-t-il, de l'internet et de la diffusion numérique. Simplement, ils n'y croient pas encore assez. Pour ces éditeurs chahutés par les remous du marché publicitaire qui fait tanguer leur vaisseau amiral, le marché du web n'a pas encore de réalité concrète.
    [i]« S'il existe, je ne l'ai pas encore rencontré »,[/i] nous suggèrent certains d'entre eux. Un scepticisme inquiet malgré tout nourrit leurs choix stratégiques aujourd'hui.
    Il y a eu – et il y aura certainement encore – l'éternel débat « gratuit ou payant ? ». On n'a pas complètement intégré le modèle économique qui s'articule autour d'un contenu mis en ligne gratuitement et des publicités qui assurent la part de recettes nécessaires à son financement, voire à la création de nouvelles marges. Pourtant, les journaux gratuits d'information (sur papier) ont démontré ces dernières années que la balance économique pouvait changer de camp.
    La vraie question pour les éditeurs est de savoir quelle sera la valeur de demain. Car le seul ressort de la publicité sur le net suffira-t-il à relancer les centres de profit d'une industrie de l'information dont la rentabilité « papier » décline ?
    Et si l'on appliquait la même lecture que le schéma proposé par Robert G.Picard en mettant le nouveau média internet en lieu et place de la presse traditionnelle ? Verrait-on alors des éditeurs numériques s'interroger sur l'avenir d'un autre nouveau média émergent ?
    D'une certaine manière le développement des contenus vidéo sur le net correspond à ce nouveau sursaut de tendance dans la vie des médias, obligeant les médias numériques déjà « installés » à réagir (cf Google et You Tube ou la manière dont la télé « traditionnelle » se lance dans la VOD).
    Enfin, de nouvelles pratiques dans la consommation de l'information – mais aussi des produits de divertissement les deux genres se mêlant quand même de plus en plus – impliquent-elles toujours un transfert sur de nouveaux médias ? Pas nécessairement, là encore la preuve par neuf a été apportée par les gratuits papier alors qu'on annonçait la mort de la presse écrite...
    http://mediacafe.blogspot.com/2006/10/presse-crite-prparer-la-transition.html

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu