Avertir le modérateur

  • Bourrelets présidentiels

    Jusqu'où va se nicher le "politiquement correct". En tout cas, révélée par L'Express l'affaire des bourrelets présidentiels gommés par Paris Match illustre une nouvelle fois - et une nouvelle fois anecdotiquement - la peopolisation du rapport média / pouvoir.

    medium_file_273571_37837.jpg

    On se souvient des "chromos" de Mao ou de Staline où ces grands démocrates devant l'Histoire affichaient une figure d'éternels jeunes premiers. Bon, d'accord, c'est pas comparable avec notre hyper-président... mais le trucage de photo, le maquillage bienveillant, voire le photomontage falacieux ne datent pas d'aujourd'hui et l'histoire de la photo suit en cela l'histoire des propagandes et autres manipulations des masses.

    Alors, est-ce que Match a fait de l'excès de zèle en passant un petit coup de photoshop pour améliorer l'image du président en vacances? Qu'importe finalement si Nicolas Sarkozy faisant du bateau affiche ses bouées qui mettent un bémol à son image de fitness (le coup du jogging matinal avec Fillon et les gardes du corps). Comme quoi Sarkozy, même s'il goûte volontiers aux joies du luxe - même amicalement offert - rejoint finalement le sort de la plupart des quinquas actifs qui ont du mal à effacer ces excès graisseux disgracieux.

    Retenons quand même, qu'une fois de plus la médiatisation de ce gentil trucage est parti de Match qui même sans Genestar continue de traquer le couple présidentiel. On attend les photos de Cécilia sans culotte de cheval!

    Mais peut-être s'agit-il d'une compensation pour le désagrément provoqué par ces satanés paparazzi à l'affût des vacanciers élyséens, sermonés par un président irrité et troublé dans sa luxueuse tranquilité!

     

     

  • Qui doit contrôler l'information?

    Dans sa série "changement d'ère", Libé se penche aujourd'hui sur "l'info citoyenne" ou comment concilier le souci aujourd'hui de plus en plus partagé par les médias en plein évolution de donner la parole à l'internaute et celui d'une information dite de qualité. C'est-à-dire pertinente, fiable et non polluée par des intérêts spécifiques ou particuliers?

    Certains avaient rapidement décrété que le journalisme était mort. Et que, puisque tout un chacun pouvait devenir contributeur, il n'y avait plus besoin de ces médiateurs d'info qui passaient dans l'opinion publique pour des donneurs de leçons, privilégiés fréquentant le pouvoir et étant dès lors soupçonnés de complaisance à son égard...

    D'accord, c'est un peu caricatural et cela résonne comme un résumé un peu simplifié d'une tentation poujado-populiste de renvoyer les journalistes dans leur coin.

    Mais, la contribution de l'internaute peut prendre plusieurs formes. Et ce n'est pas parce qu'une information remonte par un canal "non professionnel" que cela sera intéressant, pertinent et tout simplement juste.

    Gardons-nous de tout manichéisme. Il n'y a pas d'un côté des internautes qui prennent le pouvoir sur l'information et de l'autre des vilains journalistes devenus inutiles.

    C'est plus subtil. Le métier de journaliste peut simplement aujourd'hui se lancer le défi de réussir cette nouvelle forme de coproduction de l'information en réaffirmant son expertise, son sens critique et son indépendance.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu