Avertir le modérateur

  • Skoda invité par Arte

    La chaîne ARTE, le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) d’Alsace et le Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines (CEAAC) s’associent pour organiser ensemble des installations temporaires d’artistes d’envergure européenne au siège de la chaîne culturelle franco-allemande. ARTE entend ainsi réaffirmer son soutien à l’art contemporain en ouvrant ses portes, deux à trois fois par an, à des artistes dont la notoriété et la qualité du travail correspondent aux ambitions culturelles de la Chaîne. Pour garantir un choix aussi divers que possible, ARTE a choisi de s’appuyer sur un partenariat avec des spécialistes de la création contemporaine. Le comité de sélection, composé de représentants du ZKM, du FRAC, du CEAAC et de la chaîne culturelle, a décidé d’offrir au plasticien de réputation internationale Vladimir Skoda la possibilité d’investir le siège d’ARTE. A l’occasion du vernissage de son installation, le 28 novembre 2007, les invités pourront découvrir un choix représentatif d’œuvres de l’artiste. Des visites privées seront également organisées pour les partenaires d’ARTE en région.

     

     

  • Une journée sans?

    Il y avait déjà la kyrielle des journées "sans": tabac, voiture... Y aura-t-il bientôt une journée sans... Sarkozy dans les médias?

    C'est en tout cas l'idée lancée par Jean-François Kahn et relayée par d'autres confrères qui proposent une "Journée sans lui" le 30 novembre prochain.

    Cela ressemblerait à quoi? Pas d'images, d'articles, d'interviews radios? Pas de micros tendus, de caméras en roue libre, d'ordinateurs qui chauffent sous l'effet Sarko?

    "Pourquoi une journée sans lui ne serait pas une occasion de travailler l'actualité autrement que depuis l'angle du bureau de presse du gouvernement?" s'interroge Clara, journaliste à Radio Ici et Maintenant.

    Cela signifie-t-il que les médias et ceux qui les animent, donc les journalistes, auraient désappris de choisir un autre angle que celui proposé par une attachée de presse ou un bureau politique élyséen? L'actualité, Nicolas Sarkozy en produit à tout moment, c'est bien là le problème de la presse. Et comme cette dernière, la presse, fonctionne avec un parfait mimétisme amplificateur comme le dénonçait jadis Pierre Bourdieu, on finit vite par sarkozyser toutes les Unes, ouvertures de JT et autres émissions d'info.

    Mais est-ce que les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs en ont aussi besoin de cette journée "sans"? Ou au contraire, sont-ils friands des péripéties présidentielles quand ce n'est pas de ses soucis familiaux?

    La séparation du couple Sarkozy, la sortie domicale du président allant chercher des ressortissants français en avion au Tchad ce sont tout de même de belles unes, non? Le côté peopilisation du traitement de cette actualité n'est-il pas du goût du public? Si ce n'était pas le cas, pourquoi la presse et les journalistes en parlent-ils autant?

    On va nous rétorquer, oui mais pas tous les journalistes, oui mais pas tous les journaux...

    N'empéche, ça changera quoi une journée sans?

     

     

     

     

     

  • Entretien avec Maurice Béjart

    Un entretien avec Maurice Béjart, réalisé pour le journal L'Alsace-Le Pays, en janvier 1999 à Lausanne.

  • Des pratiques des jeunes et de leur éducation

    Quels seront les moyens de s'informer des futures générations. Ce thème a déjà été évoqué dans ce blog à plusieurs reprises, dans les réflexions des professionnels de l'information, dans l'analyse des nouveaux outils et supports, dans la relation d'initiative de médias pour aborder le segment des jeunes qui seront les adultes de demain.

    Papa lit son journal, maman regarde la télé et les enfants sont sur leur Xbox, leur DS, leur PS3, sur MSN, sur Myspace, à jouer en ligne sur internet, à taper des SMS sur leur téléphone portable, à regarder des clips vidéos sur You Tube...

    Ce cliché tentant pour qui voudrait d'un seul trait caricaturer la problématique des modes de consommation d'aujourd'hui suffit-il à dépeindre l'état des mentalités sur ces questions.

    Des éudes récentes, pertinement citées par Benoît Raphaël, observateur des pratiques médias sur la blogosphère mais aussi tout nouvel animateur du site Lepost.fr, accréditrent la thèse que, décidémment, les jeunes et les écrans vont de pair. Et c'est vrai que les statistiques de l'étude sur le temps passé à surfer, jouer, chater, téléphoner... doivent faire réagir plus d'un parent sur le mode: "Ben oui, c'est vrai, le gamin c'est comme ça qu'il fonctionne".

    Bref, on a d'un côté des jeunes qui seraient scotchés à leurs écrans multiples et interactifs, et de l'autre une génération adulte qui vivrait dans un autre monde, ancien évidemment, archaïque et dépassé où l'on lit encore des journaux qu'on est même prêts à acheter et où l'on regarde la télévision selon un rituel à l'ancienne: "Qu'est-ce qu'il y a sur TF1 ce soir", même quand on a 200 chaînes en magasin sur son abonnement satellite...

    Ce qu'on peut retenir de ces études, tient dans ces trois idées relevée par Demain, tous journalistes:

    "Trois mâitres mots: l'immédiateté (tout est devenu immédiat, accessible d'un seul clic), l'interactivité (tout est cliquable, on donne son avis sur tout, on met sa vie en ligne sur son blog ou les sites communautairesà, et la gratuité (40 % des jeunes ont téléchargé de la musique et des films illégalement".

    Mais que faire de ce constat pour préparer ces jeunes à leur vie d'adulte, où ils devront dépasser le stade ludique et un peu égotique de leurs usages médias pour accéder à de l'informaton utile, citoyenne?

    Jeff Mignon dans Médiacafé, livre à ce sujet une intéressante réflexion en posant la question de l'éducation aux médias dans nos systèmes éducatifs. Il compare volontiers l'inconsciente indifférence des journalistes et des profs aux modes de consommation de leurs (non)lecteurs et élèves.

    En France, on n'a peu d'occasion dans le système éducatif de parler des médias. Une journée annuelle institutionnelle "La presse à l'école", des organismes comme l'Arpej, le Clemi ou les Centres de documentation pédagogique ou quelques opérations menées par les quotidiens du type "le journal à 'l'école" ou le "Journal au collège", ou encore "Journaliste d'un jour", "Le petit reporter... ". Mais pas d'action en continu.

    Le syndicat de la presse quotidienne régional est en train de mettre en place avec l'Education nationale un accès aux contenus d'information pour les élèves et les profs... en ligne évidemment.

    Les fins pédagogues relèveront aussi que ce n'est pas qu'à l'Ecole de faire tout le boulot mais que les parents que nous sommes peuvent aussi jouer un rôle non négligeable dans cette éducation aux médias.

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu