Avertir le modérateur

  • Quel avenir pour la télé publique?

    a2657c94cc0d22ee8c99ce9b315b54f2.jpgAprès le scud lancé en pleine conférence de presse présidentielle, le monde des médias s'est mis en agitation soutenue pour savoir quel sera l'avenir de l'audiiovisuel public.

    Si les actions de TF1 et de M6 ont soudain bondi, en tant que favoris potentiels à la récupération d'une (grosse) partie du gâteau publicitaire (voir le dossier publié à ce sujet par CB News), dans les chaînes publiques le doute s'est installé.
    Pas seulement dans les têtes des 300 personnes des services de publicité de France Télévisions qui s'interrogent légitimement sur leur devenir, mais aussi dans celles de tous les acteurs de l'audiovisuel: journalistes, techniciens, producteurs, animateurs...

    Diverses spéculations circulant: on va vendre France 2 au privé ou on va fourguer France 3 aux Régions... De Carolis, Albanel et Fillon se sont empressés d'entonner le choeur des garanties données au service public de survivre à ce nouveau coup médiatique de Nicolas Sarkozy.

    N'empêche, en déshabillant le service public de 800 millions d'euros de recettes publicitaires, le président de la République lance aussi une forme de défi aux chaînes nationales, celui de reconquérir un vrai statut de service public.

    Mais c'est quoi une télévision publique de qualité? Une télé libérée des contraintes de l'audimat? Certainement pas, en tout cas, ne doit-on pas exiger de notre service public qu'il soit aussi au service d'une grande idée: la démocratisation de la culture par exemple. Verra-t-on plus de théâtre en prime-time, plus de débats, plus d'émissions d'analyse pour comprendre l'évolution de notre société? Ou va-t-on considérer que toute publique qu'elle est France Télévision doit aussi divertir son auditorat, se rendre accessible à tous les publics, éviter un élitisme qui l'isolerait de la France profonde et jetterait dans la fosse aux lions de la téléréalité et de la télé poubelle pour cerveaux disponibles, une grande majorité de téléspectateurs?

     

  • Buren s'explique sur le site de 20 Minutes

    Daniel Buren s'explique dans un entretien publié aujourd'hui sur le site internet de 20 Minutes.

    On y apprend aussi que Jean-Pierre Raynaud a aussi demandé la destruction de certaines de ses oeuvres... 

  • Louvre: l'argent des émirats

    En France, on n'a pas de pétrole mais on a... des centrales nucléaires, des avions de chasse, des TGV et... des musées. Dont le Louvre, certainement le plus beau du monde.

    Dernièrement, les occasions n'ont pas manqué pour nos grands marchands (Sarkozy, Areva, Alsthom) de faire cocoricco en voyant plusieurs milliards s'afficher sur des chèques pas seulement arabes. Après, on laissera de côté les coûts colatéraux (droits de l'Homme, démocratie, etc...) comme autant de soultes à payer pour pouvoir toucher le gros lot!

    Le dernier exploit de la série, c'est notre ministre de la Culture (une collaboratrice du Président?) qui a pu en jouir pleinement en assistant le 7 janvier dernier à la signature de la convention de coopération liant le Louvre de Paris aux Emirats arabes unis pour la création d'une future antenne du musée français à Abou Dabi.

    C'est l’agence France-Museums, créée pour porter le projet, filiale commune de douze établissements publics français et dont le budget de fonctionnement est assuré par les Emirats, qui devra mettre en oeuvre un catalogue de 320 prestations durant les 30 prochaines années de cette coopération internationale, dont l'aide à la constitution des collections, la signalétique, l'accueil du public, la formation des équipes scientifiques du futur musée des Emirats dont l'ouverture est prévue en 2012-2013.

    A la clef, une cagnotte d'un milliard d'euros.  Ces fonds sont destinés  "à tous les musées prêteurs" et pourront aussi servir "à l'édification d'un centre d'archives qui va profiter à tous les musées et qui va être un élément important de notre politique", précise Christine Albanel.

    Autrement dit, vendre le Louvre aux Emirats cela permettra d'améliorer la vie des musées en France. Quant au centre d'archives évoqué par la ministre, il devrait réunir les ateliers de restauration des oeuvres du Louvre et de Versailles, ainsi qu'une partie du laboratoire des musées de France. Les réserves du Louvre, d'Orsay, du musée des Arts décoratifs et du musée des Beaux-Arts bénéficieront aussi de cette nouvelle structure qui coûtera près de 150 millions d'euros.

    Va-t-on se plaindre ce cette mane venue d'ailleurs?

    Et puis finalement, après les pyramides égyptiennes, le président et sa (peut-être) future prmeière dame pourront passer de prochaines vacances dans les émirats à contempler les belles collections venues de France qui y seront exposées...

     

  • Carla et Nicolas: la faute à qui?

    Nicolas Sarkozy a remercié ce matin les journalistes - 600 confrères entassés dans la salle de presse pour cette rentrée politique du Président très à l'américaine - d'avoir attendu la deuxième question pour aborder sa vie privée...

    On en reste baba! Pourquoi pas la première question, histoire d'évacuer les derniers potins de la rubrique "people"? Par décence sûrement. Mais, le président français joue à merveille de cet étrange rapport qu'entretiennent aujourd'hui les médias avec sa vie privée. Sur le mode, je ne montre pas... mais je laisse voir. Et si vous regardez, c'est pas moi qui alimente la chronique, c'est vous.

    Symptômatique, le geste inhabituel de cet enfant - le fils de la nouvelle compagne du président issu d'une précédente relation conjugale - se masquant le visage pour échapper aux photographes et aux caméras. Son père vient d'ailleurs de faire savoir que tout cela ne lui convenait pas et que le gamin dans cette affaire n'avait pas à être ainsi exposé.

    Le président de la République a donc fait mine de renvoyer les journalistes dans leur 22 mètres sur le mode: la médiatisation de ma relation privée c'est le fait des médias, pas le mien! Quoi de plus normal que de visiter des pyramides quand on est en Egypte, suggère encore Nicolas Sarkozy... Et si certains médias décident d'en rendre compte, c'est leur responsabilité.

    Nicolas Sarkozy a plusieurs fois prononcé deux mots lors de ces 2 heures de conférence de presse: hypocrisie (c'est pour les autres, ses prédécesseurs qui avaient des vies privées connues de tous et surtout du mircocosme journalistique parisien et dont on ne parlait pas ) et cohérence (celle qu'il revendique pour la plupart de ses postures politiques et que l'on devine appliquée aussi à la gestion de sa sphère privée).

    Alors, si l'on retient la leçon de ce grand moment de dialogue entre les journalistes et le chef de l'Etat, on peut se dire que pour être cohérent, nous médias et journalistes qui n'arrêtons pas de dénoncer la "peopolisation" de la vie politique devons cesser d'écrire la moindre ligne sur ces faits là pour consacrer notre métier à l'information qui intéresse vraiment les gens sérieux et les Français: le pouvoir d'achat, les retraites, les 35 heures...

    Chiche?

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu