Avertir le modérateur

Web - Page 2

  • La tendance sur la toile

    On a dit et écrit que l'un des terrains privilégiés de la campagne pour l'élection présidentielle - donc pas fatalement le seul! - se situerait sur internet. A cet effet, les courbes d'analyse de l'observatoire présidentielle 2007 de RTGI montrent que finalement sur le net comme dans les autres médias, la tendance à la hausse accompagne les différentes actions des candidats. Quand Ségolène plane dans les sondages, les posts et les blogs qui lui sont consacrés suivent la même inflation. Quand Sarko se déclare, on sent immédiatement une poussée de fièvre. Finalement, le web s'il participe à l'animation de la campagne (vidéos, chats, intox et infos) n'en modifie pas forcément le cours. Ou guère plus qu'un passage dans le 20 heures de TF1 ou sur une matinale de RTL quand généralement les "petites phrases" déclenchent les commentaires de la journée...

    Ce qui est sûr, c'est que le net - et notamment la blogosphère - s'invite au débat présidentiel, en utilisant tous ses ressorts et notamment sa capacité virale.

    medium_NSTV.jpgLe web permet aussi de donner du son, de l'image et de la vidéo, des réactions de sympathisants voire même à donner l'illusion que d'autres avis que le sien (celui du candidat) sont érigés au même rang que la programmatique personnelle du candidat. Une sorte de "débat participatif' virtuel en quelque sorte.

    Mais, le web facilite aussi aujourd'hui une forme de "contre-pouvoir" par rapport aux médias tradiitionnels. On avait déjà vu pour le sport par exemple que des champions donnaient des infos exclusives sur la toile ou sur le réseau d'un opérateur de téléphonie mobile. La web TV ou les podcasts audio permettent de contounrer sans ambages les comptabilités trop strictes des temps de parole sur les chaînes ou les radios hertziennes. Sarkozy a ainsi "sa" télévision, NS TV, animée par l'écrivain José Frèche, qui lui permet d'alimenter la campagne sur son propre circuit.

    On se souvient des voeux de la nouvelle année prononcés sur le net par Ségo et Sarko.

  • La Ségo Life (suite)

    medium_Segolene_sur_Second_Life.2.jpgSégolène, on lui reproche parfois de ne pas donner assez de profondeur et de consistance à ses propos, surfant sur l'opinion des Français façon, "je vous écoute, je vous ai compris, vous verrez ce que je vais faire". Certains commentateurs, et non des moindres (n'est-ce pas Alain Duhamel) allant jusqu'à mettre en cause ses compétences. De là à dire qu'il s'agirait d'une posture politique creuse, faisant simplement du marketing politicien basique...

    D'autres se sont interrogés sur un mode vraiment désobligeant, du genre "qui va garder les enfants?" (plutôt nul,non?).

    Mais, à force de surfer sur les mots et les images (contrôlées si possible!), Ségolène ne risque-t-elle pas tout simplement de faire illusion? Les électeurs choisiront leur version des faits...

    En attendant, Ségolène - toujours prompte sur la toile - vient d'inaugurer le 748e bureau de son comité de soutien Désirs d'avenir... mais un bureau complètement virtuel  dans le monde non moins virtuel de Second Life!

    Le Monde est merveilleux!

     

  • Info locale et internet

    Info locale et internet: la question récurrente n'a pas fini de nourrir le débat. Comment amener un média traditionnel sur papier à investir sur internet en posant la double équation: public acquis/ public à conquérir et revenus acquis/revenus à développer?

    La question des publics d'abord: lectorat d'un côyé, audience de l'autre. Est-ce qu'on a les mêmes critères d'appréciation de la valeur économique des deux périmèters?

    Le lectorat d'abord -notamment dans certains quotidiens régionaux qui possèdent (comme en Alsace) un confortable tapis d'abonnés "fidèles" (jusqu'à 85 % de leurs ventes garantis, souvent à l'année), constitue un acquis irremplaçable à ce jour.

    Au-delà de l'acheteur, le taux de lecture d'un exemplaire papier vendu permet encore de basculer sur la notion plus large de "lecteurs" dont la masse correspond dès lors à une "audience". Je n'ajoute pas le critère de la "notoriété" de la marque...

    Donc, en partant de cet acquis "lecteurs" - qui s'émousse toutefois ces dernières années de manière systématique à quelques exceptions près - comment une entreprise de PQR va-t-elle pouvoir aborder efficacement le champ de conquête du web?

    L'audience ensuite: mesurable sur le web, elle conditionne la visibilité du site donc son potentiel à le valoriser publicitairement. Mais la rentabilité numérique est aujourd'hui aussi impalpable pour nombre de responsables de régie de presse régionale...

    En même temps, les dirigeants sentent bien que s'ils n'investissent pas sur ce secteur, ils se retrouveront demain face à des concurrents pure web qui vont occuper le terrain, car la nature, sur internet comme ailleurs, a horreur du vide!

    Evidemment, lorsque l'on répercute ce débat sur les rédactions, les mêmes arguments réapparaissent. Et la même question de l'investissement: faut-il chercher à sauver l'audience papier à force de nouvelles formules cherchant à séduire de nouveaux lecteurs plus jeunes, mais encore prêts à payer leur journal? Ou faut-il mettre le paquet sur de nouveaux médias?

    C'est peut-être effectivement en s'interrogeant sur le métier de "média local" que la presse locale trouvera des réponses à toutes ces questions...

  • Les journalistes se méfient des blogs

    70 % des journalistes n'utilisent pas les blogs comme source d'information.

    C'est ce que suggère l'étude réalisée par Fleishman Hillard auprès de 81 journalistes français, travaillant en majorité dans des titres de la presse écrite:

    • 45% d’entre eux consultent des blogs régulièrement
    • 63% déclarent que les blogs ont une influence sur l’opinion publique
    • 54% pensent qu'ils ont une influence sur les médias
    • 15% seulement estiment que ce phénomène va connaître un développement important
    • 70% des journalistes interrogés n’utilisent pas les blogs comme source d’information régulièrement. Principaux griefs: la fiabilité et la qualité des informations
    • 35% des professionnels interrogés dans le cadre de cette étude estiment que dans le futur les blogs seront intégrés dans l’exercice de leur métier
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu