Avertir le modérateur

internet - Page 3

  • Le Monde et Le Figaro: qui est number one?

    Le Monde et Le Figaro se tirent la bourre... pour savoir lequel des deux sites est le premier site d'information français après Skyrock et ... les Pages Jaunes... A l'heure où on parle de la crise de la presse quotidienne, ce mano à mano entre les deux grands nationaux au sujet de leurs performances sur le web dénote finalement une belle mutation des esprits... De quoi inspirer les états généraux?

     

    lemonde.jpg

    Lefiagro.jpg

     

     

    et l'OJD nous dit?

    OJD tableau.jpg



     

  • Les états généraux se mettent au web 2.0: contribuons tous!

    Le tiers état aura donc aussi la parole! Les états généraux, lancés par Nicolas Sarkozy étaient annoncés "participatifs", voici donc le mode d'emploi pour instiller une démarche 2.0 dans ce vaste débat national ouvert pendant deux mois. Petit rappel des quatre groupes de travail mis en place:

    • le métier de journaliste (groupe présidé par Bruno Frappat, président de Bayard) ;
    • le numérique (présidé par Bruno Patino, ex pdg du Monde interactif et de Telerama, désormais directeur de France Culture) ;
    • les enjeux industriels (impression, distribution, présidé par Arnaud de Puyfontaine, Mondadori, ex-Emap et Figaro);
    • la presse et la société et/ou le pluralisme (présidé par François Dufour, groupe Play bac)

     

    Appel aux professionnels

    Afin de permettre à toutes les professionnels intéressées de prendre part à ces travaux et d'ouvrir ainsi le plus largement possible les consultations, les quatre chefs de file ont souhaité lancer des appels à contribution sur les thèmes qu'ils vont aborder. Ces appels s'adressent bien évidemment aux acteurs de la profession. Ces contributions doivent permettre de nourrir des travaux des groupes de travail dont la constitution doit être finalisée très prochainement.

    Au regard de la présentation, les présidents de pôles souhaiteraient que les textes contiennent :

    • En objet, le nom du pôle et les thèmes concernés
    • Les recommandations en 1 ou 2 lignes chacune
    • Les arguments en 1 ou 2 pages maximum
    • La fonction et les coordonnées de l'auteur de la contribution

    votreavis@etatsgenerauxdelapresseecrite.fr

    Par ailleurs, les contributions peuvent également parvenir par courrier à : Direction du Développement des médias – EGPE – 69, rue de Varenne, 75007 Paris.

    Appel aux lecteurs

    Qu’elle soit imprimée sur le papier ou accessible par Internet, nul ne conteste pourtant l’importance capitale d’une presse écrite dans une démocratie. Acteur majeur du débat public et de l’évolution des idées, la presse écrite joue un rôle déterminant dans la construction de l’opinion publique et l’émergence d’une culture commune partagée. C’est notamment pour cela que les lecteurs sont invités à apporter leur contribution.

    Au regard de la présentation, les présidents de pôles souhaiteraient que les textes contiennent :

    • En objet, le nom du pôle et les thèmes concernés
    • Les recommandations en 1 ou 2 lignes chacune
    • Les arguments en 1 ou 2 pages maximum
    • La fonction et les coordonnées de l'auteur de la contribution

    votreavis@etatsgenerauxdelapresseecrite.fr

  • Presse écrite payante française: un avenir dans le rouge?

    "Depuis des années, la presse écrite s'est contentée d'un modèle économique peu performant, aujourd'hui elle dispose d'une faible marge de manoeuvre pour prendre les options stratégiques qui s'imposent afin de préparer les années à venir", constate le cabinet OC&C Strategy Consultants dans son étude publiée hier. Le diagnostic alimentera certainement les réflexions et les débats des états généraux de la presse écrite: vers 2010-2011, la presse écrite payante française pourrait  "passer dans le rouge" et aller jusqu'à afficher des pertes de 700 à 800 millions d'euros à l'horizon 2015. En effet, entre 2000 et 2007, la presse écrite payante en France (presse quotidienne d'informations générales, presse payante d'annonces, presse magazine grand public) a vu son chiffre d'affaires global stagner autour de 8 milliards d'euros (-0,4%). Alors que parallèlmement sa diffusion a diminué de 2% par an, une érosion compensée par une «augmentation régulière» du prix de vente au numéro (+2,3% entre 2002 et 2007).

    BAISSE DES REVENUS PUBLICITAIRES

    Principal facteur de régression économique, la baisse des revenus publicitaires avec comme corollaire de cette érosion, le transfert de 20 à 25 % des investissements publicitaires vers le web. La presse quotidienne régionale étant plus particulièrement exposée en ce qui concerne les petites annonces, son chiffre d'affaire pourrait ainsi passer de 2,74 milliards d'euros en 2007 à 2,47 milliards d'euros en 2015.

    CONCENTRATION SUR LES "GRANDS ACTEURS

    Mais au-delà de la conjoncture, c'est aussi structurellement que la presse souffre: " la baisse des revenus accessibles dans un secteur à forts coûts fixes entraîne inévitablement la concentration du secteur autour de quelques grands acteurs", note l'étude d'OC&C, les coûts éditoriaux «devront s'amortir sur de nombreux supports» et les groupes médias «doivent rapidement se constituer un portefeuille internet avant que les acteurs étrangers ne le fassent".

    En France, trois groupes seulement jouent aujourd'hui dans la cour des  20 "grands" médias européens: le groupe Lagardère est 5e, le groupe Hersant Média occupe la 18e place et le groupe Le Monde-La Vie, la 20e position...

     

  • Une crise de l'offre?

    "Il manque une réflexion sur le contenu des journaux" affirme le sociologue Jean-Marie Charon en prélude aux états généraux de la presse qui s'ouvrent aujourd'hui. Au-delà de l'effet "Grenelle de l'information" recherché, on pourrait même aller plus loin et affirmer que la réflexion qui ne doit pas faire défaut dans cette démarche est celle sur l'offre des médias. Sujet déjà évoqué dans ce blog mais qu'il faut une nouvelle fois mettre en débat.

    Le succès des quotidiens gratuits, notamment auprès des jeunes, mais pas seulement, ont un peu laissé penser que la question du gratuit-payant pouvait être une clef pour mieux comprendre ce que se passe dans la presse en crise ou en tout cas pour ajuster son offre à la demande (en tout cas au niveau tarifaire). D'ailleurs, un grand groupe comme Ouest-France n'est pas rentré pour rien dans le capital de 20 minutes.

    Mais là où "la profession" doit aussi s'interroger, c'est sur la nature de l'offre faite aux nouveaux infos-consommateurs comme le soulignait d'ailleurs le patron de 20 minutes France Pierre-Jean Bozzo.

    Avant le rapport Giazzi dont on dit déjà qu'il donne les réponses aux questions que les états généraux se posent... le rapport du sénat avait déjà insisté sur ces pistes nouvelles pour les médias traditionnels. Tout comme le rapport Tessier "La presse au défi du numérique".

    Le débat est donc ouvert, pas seulement pour savoir quel prix vendre une information (gratuite, payante, low-cost), sur quel support la diffuser (papier, internet, téléphone mobile... ), mais surtout quelle information pour quel info-consommateur?

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu