Avertir le modérateur

sarkozy - Page 3

  • Bourrelets présidentiels

    Jusqu'où va se nicher le "politiquement correct". En tout cas, révélée par L'Express l'affaire des bourrelets présidentiels gommés par Paris Match illustre une nouvelle fois - et une nouvelle fois anecdotiquement - la peopolisation du rapport média / pouvoir.

    medium_file_273571_37837.jpg

    On se souvient des "chromos" de Mao ou de Staline où ces grands démocrates devant l'Histoire affichaient une figure d'éternels jeunes premiers. Bon, d'accord, c'est pas comparable avec notre hyper-président... mais le trucage de photo, le maquillage bienveillant, voire le photomontage falacieux ne datent pas d'aujourd'hui et l'histoire de la photo suit en cela l'histoire des propagandes et autres manipulations des masses.

    Alors, est-ce que Match a fait de l'excès de zèle en passant un petit coup de photoshop pour améliorer l'image du président en vacances? Qu'importe finalement si Nicolas Sarkozy faisant du bateau affiche ses bouées qui mettent un bémol à son image de fitness (le coup du jogging matinal avec Fillon et les gardes du corps). Comme quoi Sarkozy, même s'il goûte volontiers aux joies du luxe - même amicalement offert - rejoint finalement le sort de la plupart des quinquas actifs qui ont du mal à effacer ces excès graisseux disgracieux.

    Retenons quand même, qu'une fois de plus la médiatisation de ce gentil trucage est parti de Match qui même sans Genestar continue de traquer le couple présidentiel. On attend les photos de Cécilia sans culotte de cheval!

    Mais peut-être s'agit-il d'une compensation pour le désagrément provoqué par ces satanés paparazzi à l'affût des vacanciers élyséens, sermonés par un président irrité et troublé dans sa luxueuse tranquilité!

     

     

  • Le règne d'Anastasie?

    Est-ce que Sarkozy rime avec Anasthasie? En tout cas la question des relations entre le pouvoir et les médias alimente une nouvelle fois le débat... journalistique.

    On passe sur les affaires Genestar (viré pour avoir publié dans Match les indélicates images de Mme Sarkozy avec son compagnon extra-conjugal), JDD (l'info trappée sur le non vote de la même épouse indifèle su second tour des présidentielles), ou encore l'intervention de la nouvelle Garde des Sceaux pour retenir la publication de photos personnelles, plus récemment encore le papier "retenu" dans Courrier international parce que trop négatif pour l'image de la police française.

    Tous ces cas de "censure" ou d'"autocensure" '(quand c'est le rédacteur en chef ou le directeur d'un titre qui décide de ne pas publier renvoient à une certaine "peopolisation" de l'information qui, fatalement, s'aventure dans la sphère privée où chaque citoyen, même lorsqu'on est une personnalité publique de tout premier plan, peut juger qu'il a le droit (et la  loi le lui donne d'ailleurs) de se protéger.

    Les ciseaux d'Anastasie sont-ils pour autant aujourd'hui plus sollicités qu'hier?

    Restons dans le domaine de la vie politique. Les médias, et l'on devrait même dire, les journalistes, ont une pratique assez répandue du "off", confidences plus ou moins manipulatrices des uns (les politiques) aux autres (les journalistes).

    De cette "connivence" découle donc une certaine confusion des pouvoirs (le politique et le médiatique) qui finalement jouent sur des règles communes non écrites qui ne contribuent pas toujours à la juste et complète information du citoyen. Le droit à l'information cela existe, mais il s'use vite si l'on ne s'en sert pas.

    Toutes les vérités ne sont pas égales à dire, on est bien d'accord, et entre l'essentiel et l'accessoire (qui couche avec qui ?) l'information peut s'écrire en majuscules ou en bas de casse.

    Interrogeons-nous plutôt sur l'indépendance des médias au niveau économique c'est-à-dire sur leur capacité à exercer librement leur fonction dans des conditions économiques qui ne les fragilisent pas.

    Lagardère, Dassault, Bolloré, Arnaud, Bouyghes sont devenus des acteurs puissants de l'économie des médias.  Proches du pouvoir (de l'actuel), vont-ils actionner leur armada médiatique à son profit? Le nouveau président va-t-il instrumentaliser ses leviers médiatiques à son profit?

    Seule la vigilance des journalistes et leur sens critique (et autocritique) peut contrecarrer une telle tentation.

    Peut-être une bonne occasion de reconquérir un peu de liberté. Ce qui se passe sur internet avec la prise de parole citoyenne et une circulation de l'information qui échappe d'une certaine manière à la censure (avec le risque évident de déformation et de manipulation aussi... ) peut les y aider.

     

     

     

     

  • A vos blogs citoyens!

    Les récents scrutins électoraux ont montré combien internet était devenu un levier important des processus de communication d'une part, mais aussi une plateforme nouvelle de développement du débat, voire de ce que certains, comme Alain Duhamel, désignent comme la démocratie d'opinion.,

    L'univers des blogs a largement été investi par les candidats, les partis, mais aussi nombre d'individus qui ont trouvé là un terrain d'expression inespéré. On a beaucoup voté aux présidentielles et tout le monde y a vu l'effet positif d'une réconciliatiion entre la politique et le citoyen.

    Las, aux législatives, la fièvre est retombée. Le débat va-t-il maintenant se poursuivre sur le net? La dernière vague virale des vidéos de Sarkozy au G8 semble indiquer que les nouveaux acteurs qui sont de sacrés blogueurs ne vont pas relâcher leurs efforts.

    Face à cela, la presse "traditionnelle" se peopolise encore un peu plus avec la récente affaire conjugale du couple Royal-Hollande qui alimente la chronique politique alors même que le PS part en déconfiture. De là à ce que certains y voient une relation de causes à effet...

    Comptons donc sur l'agora numérique des blogs pour contrer tous ces effets anecdotiques de la vie politique et instaurer une "conversation" politique plus intense et permanente!

     

     

     

  • Sarkozy grisé par le pouvoir?

    Que nenni! C'est le président lui-même qui l'a dit en réponse à une question quasiment impertinente de PPDA lors de son premier grand entretien télévisé d'hier soir. Diable, ce garnement de PPDA qui doit trop regarder les guignols de Canal + a osé une question sur la prestation du nouveau président lors d'une conférence de presse du G8.

    Les vidéos sur le net ont largement diffusé cet intermède diplomatico-burlesque où l'on découvre un chef d'Etat au comportement bizarre. La télé belge, une fois de plus, a rebondi sur l'actualité sans s'embarrasser de scrupules et suggéré que ce soir-là Sarkozy n'avait pas bu que de l'eau.

    A la question de PPDA sur cet étonnante euphorie qui semblait habiter le nouvel hôte de l'Elysée au G8, l'intéressé a rétorqué qu'il n'avait jamais bu une goutte d'alcool et d'ailleurs, Poutine non plus!

    Mais ce qui était plus intéressant finalement dans la réponse à la question de PPDA qui évoquait une sorte de plaisir enfantin à jouer parmi les grands, c'est l'affirmation du président français qui maintient que la griserie du pouvoir, il ne connaît pas.

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu