Avertir le modérateur

La vie comme elle va - Page 9

  • 60 secondes sur le net

    Que se passe-t-il le temps qu'une minute s'écoule sur internet? L'agence GoGulf a modélisé cela sur uune seule image....

     

    60 Seconds - Things That Happen On Internet Every Sixty Seconds
    Infographic by- Shanghai Web Designers

  • Plossu, les années hippies

    Avec Far Out, petit album photographique et textuel, les éditions Médiapop font revivre au photographe Bernard Plossu ses années hippies, entre Californie et Inde…

     

    Nouvelle image.JPG

    Route 66; Californie 1974. Photo Bernard Plossu

    C’est à Besançon que le Mulhousien Philippe Schweyer, l’un des animateurs des éditions Médiapop, rencontre le photographe Bernard Plossu. « La première chose que je lui ai dit, c’est que je voulais faire un livre avec lui », confesse-t-il, taquiné par les souvenirs des articles écrits par Plossu dans les numéros de Rock & Folk du début des années 70, lucarnes poétiques et voyageuses ouvertes sur l’univers hippie.

    Avec derrière la tête, l’idée d’en faire un opuscule de la collection « Sublime », lancée avec son comparse strasbourgeois Bruno Chibane (*).

    « Tout ça a un rapport avec la musique », avoue Philippe Schweyer et la mélodie qui se dégage des images de Plossu s’apparente à « la musique du silence ».

    Bernard Plossu - révélé par Le voyage mexicain en 1979 seulement - a 20 ans, lorsque, plein des films de Bunuel, Aldrich, Bergman ou Bresson (Robert le cinéaste… pas Cartier, le photographe), il part au Mexique.

    « Evidemment la liberté »

    « Le grand sous-entendu de la photographie, c’est évidemment la liberté », écrit Denis Roche dans l'avant-propos de ce livre initial (sinon initiatique ) d’une démarche née dans la spontanéité des rencontres humaines. En 1970, direction Ceylan, puis Goa en Inde croisant des hippies nus sur les plages…

    Tout l’intérêt de Far out réside justement dans la révélation de ces photographies échappées d’un autodafé qu’accomplit Plossu en 1985 en revenant des Etats-Unis pour se réinstaller en France et où il avait choisi de brûler toutes ses photos faites au grand angle : « Je lui préfère de loin l’objectif ‘’normal’’ de 50 mm qui ne déforme pas la réalité ! », clame, aujourd’hui encore, le photographe.

    Philippe Schweyer ne cache pas son bonheur d’avoir pu convaincre Plossu de réunir dans un même livre, les articles qu’il avait écrit à l’époque et ces images rescapées d’un rêve hippie : « C’est un livre qui a cheminé », suggère l’éditeur qui a aussi réalisé avec son complice Bruno Chibane un entretien en 2010 publié en fin d’ouvrage où Bernard Plossu raconte ces années-là .

    Pour ceux qui ont vécu cette période, la nostalgie sera certainement caressée par les portraits des trois sœurs Baez ou d’Allen Ginsberg. Pour les plus jeunes, cet ouvrage au format de poche apportera une sorte de « snapshot », d’image prise sur le vif, dans le sens du vivant, intelligente introduction à la découvert de cette époque.

    Une découverte sensible en tout cas, en harmonie avec la posture photographique de Plossu dont Alain Sayag disait très justement, dans la préface du livre Les paysages intermédiaires (1988) : il se sert du réel « comme d’un écran où il projette ses émotions ».

    Dominique Bannwarth

    LIRE « Far out » dans la collection Sublime chez Médiapop éditions. 15 euros. Dans la m^me collection : About Rock, Sex and Cities de Denis Scheubel et Henri Walliser et Magnificence (amours Blondie) d’Emmanuel Abela et Jennifer Yerkes.

  • DSK la transparence insupportable

    L'étalage des frasques et des penchants sexuels de DSK fait peur. D'abord, parce que l'irruption de la transparence médiatique dans ce domaine privé heurte la décence. Ensuite, parce qu'il s'inscrit aussi dans le contexte américain, celui d'un puritanisme excessif qui à force de transparence en devient totalitaire.

    Interrogeons-nous sur le fonctionnement des médias dans cette affaire, à livrer dès que possible le moindre détail souvent communiqué par les acteurs du processus judiciaire eux-mêmes... étrange et incestueuse relation...

  • Art 42 Basel : le marché mondial a rendez-vous en Suisse

    Art Basel c'est l'incontournable rendez-vous du marché de l'art mondial.  La 42e édition de la foire suisse s'est tenue du 15 au 19 juin 2011 et aura certainement accueilli plus de 60 000 visiteurs. Il faut dire que le déplacement se justifie : 300 galeries du monde entier, 2500 artistes et divers sections qui permettent à la fois de découvrir de nouvelles galeries et de nouveaux artistes, ou au contraire de remettre sur le devant de la scène des artistes très connus et parfois disparus.

    Si la section Art Galeries offre toujours sur deux niveaux un spectre complet des offres du marché actuel, Art Statements ouvre à la découverte de nouvelles propositions.

    Et bien sûr, Art Unlimited constitue un immanquable avec ses installations et ses propositions toujours passionnantes.

    Reportage pour le site www.lalsace.fr

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu