Avertir le modérateur

CAPC

  • "Présumés innocents": deux autres mises en examen

    Après Henry-Claude Cousseau, ce sont les deux commissaires de l'exposition "Présumés innocents" qui viennent d'être mis en examen par un juge bordelais pour "diffusion d'images à caractère pornographique" dans le cadre d'un procès scandaleux fait à l'expression artistique contemporaine. Marie-Laure Bernadac, actuellement conservatrice au Louvre, et Stéphanie Moisdon-Tremblay, critique d'art, qui avaient conçu l'exposition visée au CAPC de Bordeaux, se retrouvent à leur tour sur le banc des accusés.

    Le premier mis en examen, directeur du CAPC au moment de l'exposition incriminée il y a 6 ans déjà, et aujourd'hui directeur de l'école nationale des beaux-arts de Paris, a certes reçu le soutien du Ministre de la culture, mais surtout celui de la communauté artistique et critique face à cette "réaction" qui attente à la liberté d'expression artistique.

    Dans le journal Libération du 20 décembre dernier, parlant de l'association La Mouette qui a porté plainte contre lui, Henry-Claud Cousseau notait "Cette association se trompe de cible. Ce n'est pas aux artistes qu'il faut s'en prendre, mais à la mercantilisation de l'image de l'enfant dans la publicité et ailleurs".

    On apprend dans ce même quotidien que des enquêteurs se sont rendus chez l'Autrichienne Elke Krystufek à Vienne à la recherche d'une "pièce à conviction", une oeuvre "coupable" citée par les plaignants... On croit rêver! Le fait de ne pas distinguer ce qui a pu être publier du travail de l'artiste dans le catalogue de l'exposition et ce qui a été effectivement montré au CAPC ajoute à la confusion. Sur 200 oeuvres et quelques 80 artistes que réunissait l'exposition "Présumés innocents" il y a sûrement encore matière à persécuter pour cette association dont on s'interroge vraiment sur les réelles motivations.

    Citons simplement notre ministre de la Culture argumentant sa défense d'Henry-Claude Cousseau: "L'objet [de l'exposition] était de mettre en relief les agressions multiples dont les enfants peuvent être victimes, même si cela peut choquer, et (...) des mesures avaient été prises pour restreindre l'accès à certaines parties de l'exposition".

    Il faut, plus que jamais, soutenir ces personnalités du monde artistique français aujourd'hui clouées au pilori d'une inacceptable censure!

    Et signer la pétition de soutien

    noslibertes-nosdroits@aliceadsl.

  • Une pétition de soutien à Henry-Claude Cousseau

    Dans son édition de jeudi le journal Le Monde revient sur la mise en examen d'Henry-Claude Cousseau, en tant qu'ancien directeur du CAPC de Bordeaux (voir mon précédent post) qui a provoqué une légitime levée de boucliers.

    Artistes, historiens d'art, enseignants, galeristes, conservateurs de musées, chercheurs, critiques s'unissent et lancent un appel intitulé "Nos libertés, nos droits". C'est la critique d'art Catherine Strasser qui a lancé cette pétition le 18 novembre dernier, avec des artistes et des enseignants des Beaux-Arts de Paris Didier Semin et Emmanuel Saulnier, ainsi que François Barré, ancien président du Centre Georges Pompidou.

    VOICI LE TEXTE DE CET APPEL

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu