Avertir le modérateur

Onfray

  • Le web a-t-il une influence sur les électeurs?

    24% des électeurs internautes confessent qu'ils pourraient être influencés dans leur vote par Internet (sites web, e-mails, blogs, vidéos), c'est ce que nous apprend un sondage réalisé pour RTL par Novatris/Harris Interactiv.

    Mais 71% des électeurs interrogés affirment au contraire ne pas être sous l'influence de la toile dans leur choix citoyen.
    Pourtant entre internautes le débat est parfois vif et nourri sur les blogs. Les bloggeurs hyperactifs sur le web ne réussissent pourtant pas à modifier les intentions de vote de ceux qui les lisent: le sondage en question indique en effet que
    75% des personnes interrogées estiment qu'elles ne sont pas en mesure d'influer sur le vote des autres via Internet, contre 25% qui sont d'un avis différent.

    Alors, peut-être faut-il d'abord croire à la vocation de lieu de discussion et de débat d'internet, une sorte de creuset d'idées d'un peu partout, de tout un chacun, une addition de points de vue que ne ferait donc pas une opinion plus générale et mesurable électoramement.

    La notion de démocratie participative - ce que le philosophe Michel Onfray désigne par le terme de "Barnum participatif" - peut certes s'alimenter en "citations" venues du "peuple" communiquant, mais peut-elle pour autant légitimer cette prise de parole comme l'expression structurée d'attentes et de besoins auxquels les programmes électoraux devraient apporter des réponses politiques. L'addition d'opinions - ici donc dans une configuration de démocratie d'opinion qui incite certains candidats à jouer de la corde populiste - ne fait certainement pas l'opinion générale, ni le score électoral, a fortiori elle ne donne pas non plus les garanties d'une plateforme spontanée et émergente (façon crowd sourcing) crédible pour les candidats.

  • Onfray: le blog en vérité

    Même Michel Onfray s'y met!

    Mais en gardant toutefois sa liberté de parole et l'esprit libertaire qu'on lui connaît. Il précise néanmoins qu'il veut consacrer cette incursion concédée dans la blogosphère à l'élection présidentielle: "En politique, nous dit Onfray, les mariages d’amour sont rares, il n’existe que des mariages de raison. Et la raison commande qu’on ne fasse pas de la politique un concours de beauté, une affaire partisane – du genre « je vote socialiste depuis quarante ans et ça ne changera pas…» quoi qu’il arrive - dans laquelle on abdique sa raison raisonnable et raisonnante, son esprit critique, sa capacité à pratiquer le droit d’inventaire."
    "Je crois à la réalité et à la vérité de la lutte des classes, je n’accorde mes suffrages qu’à ceux qui savent que le monde des gens modestes n’est pas une fiction, une fable, une facétie en provenance de Zola – qui nous manque, ceci dit en passant…-, mais une réalité constitutive du peuple français. J’aime le peuple comme Michelet l’aime. Ce peuple, j’en viens, je le connais, et c’est toujours lui qui fait les frais des gens de pouvoir, droite et gauche confondue, états majors syndicaux et bureaux politiques de partis à la même enseigne. Ce peuple, c’est lui qu’on saigne en priorité."

    En préambule, il nous a écrit: "Je me méfie d’internet qui, sous prétexte d’une généalogie libertaire est devenu une machine libérale et diffuse, à jets continus, des informations ne s’autorisant que de leurs auteurs. Sur la toile, une page de mensonges, d’erreurs, d’approximations, de faussetés volontaires, de mauvaisetés calculées vaut une page où l’on s’efforce à la vérité, à l’objectivité, à la précision de l’analyse, au travail.
    Qui fera la différence ? Quel lecteur pourra séparer le bon grain de l’ivraie, sinon celui qui manie déjà, en amont, le papier des livres avant la souris de l’ordinateur ? Car il faut savoir avant pour consentir ensuite à ce que l’on trouve, sous peine de considérer pareillement une page négationniste ou révisionniste et une autre tenue par une personne soucieuse de travailler pour faire émerger la vérité – car, malgré ma position perspectiviste nietzschéenne je ne renonce pas à parler de vérité tout en sachant ce qu’elle recouvre. Ici comme ailleurs, soyons nominalistes…"

    A suivre...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu