Avertir le modérateur

nouveaux médias

  • Quelle formation pour les journalistes aujourd'hui?

    Dans les réflexions sur l"évolution d'une profession, tout ce qui touche à la formation constitue un levier décisif - mais non exclusif en regard de la curiosité des individus et de l'expérience acquise en exerçant son métier.

    La séance inaugurale du CFJ relayée par le blog Ecosphère, sous le titre "Je me sens rabaissé par l'idée de devenir médiateur de conversation", illustre parfaitement cet enjeu. Que pensent les jeunes candidats au journalisme? Quel enseignement leur dispense-t-on dans les écoles? Quel usage ont-ils des nouveaux modes de communication en tant qu'outils professionnels? Quelle relation ont-ils à leurs futurs lecteurs, auditeurs, téléspectateurs dans un univers où l'interactivité et le "journalisme citoyen" se développent?

     

     

  • Vive l'écrit: 4. Journalistes acteurs du changement

    Face à l'émergence des nouveaux médias et plus particulièrement du développement d'internet, "la presse résiste assez bien" pense Henri Pigeat, président du CFJ et président de la Task Force "Quality" de la WAN (l'association mondiale des journaux). L'ancien président de l'Agence France Presse ne lance pas ce cri de résistance sans arguments:

    • 1,2 milliard de personnes disent lire un quotidien chaque jour dans le monde
    • les quotidiens restent le deuxième support de publicité au monde avec un chiffre d'affaires de 190 milliards de dollars
    • les nouvelles formules et les innovations sont en augmentation ces dernières années dans la presse

    "Nous ne sommes pas devant une crise de demande, mais devant une crise d'offre", en déduit Henri Pigeat qui du coup pose cette question: "Comment nous adapter?" Evidemment, face à ces enjeux, les rédactions se retrouvent en première ligne. Sont-elles aujourd'hui en configuration et dans un état d'esprit suffisamment offensif pour relever ce défi?

    L'adaptation suggérée par Henri Pigeat doit selon lui s'appuyer sur trois nécessités:

    • la formation continue des équipes rédactionnelles
    • le contrôle qualité de nos produits
    • la réorganisation de nos rédactions

    "Les journalistes ne doivent pas être victimes du changement, mais acteurs du changement", lance avec conviction Jacques Camus, le patron de la République du Centre. Cela signifie "mettre en oeuvre de nouvelles pratiques, en liaison avec les acteurs sociaux", repenser le "contrat de lecture", "assumer ses responsabilités de journalistes avec le lecteur".

    Pour ce dirigeant de la presse quotidienne régionale, "nous avons aussi une légitimité sur internet": en suscitant des débats permettant la confrontation des idées et des points de vue via internet repris ensuite dans l'édition papier par exemple; en travaillant avec des panels de lecteurs sur des sondages réguliers, en faisant du journal dans sa combinatoire papier-web "un facilitateur de relations", contribuant ainsi au "renforcement de la fonction de lien social du journal".

    La presse doit donc réagir sur le web, repasser à l'offensive, remobiliser ses troupes sur de nouvelles stratégies relationnelles avec le lecteur (ou plutôt l'ex-lecteur ou le non-lecteur), ce média-consommateur qui demande autre chose qu'un rapportage d'information du lendemain, institutionnel souvent, autre chose qu'un simple miroir présenté à la vie locale avec tous ses archétypes, une autre manière de prendre en considération la diversité des points de vue par rapport à la pensée dominante, un autre rapport à l'utilité, un vrai service gagnant (le consommateur cherche le profit à retirer de l'usage d'un média), mais aussi une forme de divertissement dans la relation sociale tel que l'expression dans des blogs ou des forums le permet.

    Cette presse qu'on croit volontiers sclérosée dans ses certitudes, coulant lentement comme le Titanic au mileu des icebergs hostiles des nouveaux médias, abandonnée par des cyber-consommateurs en quête de gratuité et de zapping ou d'encyclopédisme au rabais (l'internet c'est le meilleur et/ou le pire), cette presse donc, semble se réveiller aujourd'hui. Mais attention, il faut aller vite...

     

  • Le lièvre et la tortue

    Rien ne sert de courir, il faut partir à point. La fable vaut-elle pour la course que se livrent une vieille tortue en papier et un jeune lièvre numérique? On le saura sur la ligne d'arrivée, même si cette dernière peut encore se déplacer...
    Les médias « anciens » n'ont plus peur aujourd'hui, me semble-t-il, de l'internet et de la diffusion numérique. Simplement, ils n'y croient pas encore assez. Pour ces éditeurs chahutés par les remous du marché publicitaire qui fait tanguer leur vaisseau amiral, le marché du web n'a pas encore de réalité concrète.
    [i]« S'il existe, je ne l'ai pas encore rencontré »,[/i] nous suggèrent certains d'entre eux. Un scepticisme inquiet malgré tout nourrit leurs choix stratégiques aujourd'hui.
    Il y a eu – et il y aura certainement encore – l'éternel débat « gratuit ou payant ? ». On n'a pas complètement intégré le modèle économique qui s'articule autour d'un contenu mis en ligne gratuitement et des publicités qui assurent la part de recettes nécessaires à son financement, voire à la création de nouvelles marges. Pourtant, les journaux gratuits d'information (sur papier) ont démontré ces dernières années que la balance économique pouvait changer de camp.
    La vraie question pour les éditeurs est de savoir quelle sera la valeur de demain. Car le seul ressort de la publicité sur le net suffira-t-il à relancer les centres de profit d'une industrie de l'information dont la rentabilité « papier » décline ?
    Et si l'on appliquait la même lecture que le schéma proposé par Robert G.Picard en mettant le nouveau média internet en lieu et place de la presse traditionnelle ? Verrait-on alors des éditeurs numériques s'interroger sur l'avenir d'un autre nouveau média émergent ?
    D'une certaine manière le développement des contenus vidéo sur le net correspond à ce nouveau sursaut de tendance dans la vie des médias, obligeant les médias numériques déjà « installés » à réagir (cf Google et You Tube ou la manière dont la télé « traditionnelle » se lance dans la VOD).
    Enfin, de nouvelles pratiques dans la consommation de l'information – mais aussi des produits de divertissement les deux genres se mêlant quand même de plus en plus – impliquent-elles toujours un transfert sur de nouveaux médias ? Pas nécessairement, là encore la preuve par neuf a été apportée par les gratuits papier alors qu'on annonçait la mort de la presse écrite...
    http://mediacafe.blogspot.com/2006/10/presse-crite-prparer-la-transition.html

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu