Avertir le modérateur

payant

  • Les modèles économiques à l'épreuve du web

    ee307318fb4fc36412b2ddf8eb039737.jpgBakchich, Rue89, ou bientôt MediaPart, les sites d'info pur player ont le vent en poupe. Pourtant, leur modèle économique, entièrement gratuit comme Rue89 ou Bakchich, entièrement payant comme MediaPart, n'est pas encore vraiment éprouvé.

    Le journal Les Echos signale ainsi dernièrement que ces trois sites sont encore en recherche de  fonds.

    Même si le postulat journalistique qui les anime - faire de l'information autrement, de manière participative et citoyenne, et en tout cas en restant indépendants - est salué par toute la profession comme une bouffée d'air frais et une forme de résistance encourageante dans un contexte général de "sarkozysation" des médias (ceux des amis du président: Bouyghes, Lagardère, Bolloré, Arnault... ), certaines questions restent ouvertes.24f07b2a4df3a7b2673b6f8a606b2a04.jpg

    Ainsi, comment assurer le coût d'une ligne éditoriale dégagée de toutes pressions économiques (on appelle cela des actionnaires, des annonceurs... ) alors même que pour exister ces médias doivent trouver des capitaux. Même si de bonne fées (capitalistiques) se penchent sur le berceau de ces nouveaux nés.

    La publicité reste le ressort financier le plus répandu de ces modèles économiques pur web. Mais celle-ci est fortement motivée par l'audience d'un site quel qu'il soit. Et afficher 500 000 visiteurs uniques mensuels suffit-il à drainer des budgets en adéquation avec les besoins d'une rédaction qui veut se donner les moyens de travailler en toute liberté? La liberté dans ce cas étant aussi de se donner du temps, des moyens humains, voire des garanties financiières en cas de poursuites judiciaires (qui restent un bon moyen de tuer un journal fragile financièrement, sur le papier ou sur le web).

    A l'heure où, par mimétisme avec le grand modèle américain (The Washington Post, The New York Times... ) la tendance est plutôt à la gratuité de l'information sur internet, ces nouveaux sites pourront-ils perdurer?

    Edwy Plenel et MédiaPart veulent pousser le défi encore plus loin, avec un modèle financé par les lecteurs qui pourrait se passer de la mane publicitaire. Son "point mort" annoncé, entre 65 000 et 75 000 abonnés selon Les Echos.

     

  • Papier-Web: quelle valeur pour l'info?

    Tel le serpent de mer, le débat sur l’internet payant-gratuit concernant les sites de journaux quotidiens régionaux (ou nationaux d’ailleurs) ressurgit... Je crois qu'on n'a d'ailleurs pas fini d'en parler parce que tout simplement la réponse dépend de la manière dont on pose la question: d'abord, sur quel contenu se pose-t-on la question?

     http://mediacafe.blogspot.com/2006/10/internet-pour-la-pqr-info-locale.html

    Le clonage numérique de l'édition papier?
    Qu'est-ce qui ferait que le contenu numérique de la PQR aurait soudain un intérêt pour un lecteur de 30-45 ans qui n'est pas passé à l'acte d'achat sur le papier? La gratuité à elle seule justifie-t-elle soudain ce regain de curiosité et surtout va-t-elle aussi permettre une fidélisation de ce "cyberlecteur"?
    La baisse d'audience des sites PQR qui ont viré du gratuit au payant se fait néanmoins clairement ressentir et cela n'a évidemment pas engendré en symétrie une hausse des ventes papiers...


    Un vrai (autre) « journal » sur le net?

    Alors, seconde hypothèse, proposer "autre chose" que la copie de l'édition papier?
    La première différence qu'on peut introduire par rapport au papier, c'est l'information en temps réel par rapport à une édition papier numérisé qui couvre 24 h... passées. Cette démarche impliquera de toute façon aussi un changement du contenu de l'édition papier, car là encore on peut poser la question en miroir: si cela n'a pas d'intérêt de donner le jour même sur le net le même contenu que l'édition papier du même jour, est-il intéressant de donner le lendemain dans le papier la même information que celle donnée de manière immédiate et en temps réel dès la veille sur le web?
    Raisonnons simplement en considérant la demande et en calibrant l'offre en conséquence. On peut même se dire que si les sites web de la PQR deviennent de vrais médias et pas simplement des appendices numériques qui viendraient "compléter" sans le "cannibaliser" le produit amiral papier, ils trouveront leur audience. Et peut-être même que des lecteurs - y compris abonnés - du quotidien papier pourront ainsi enrichir leurs sources d'information en faisant confiance à la "marque" PQR déclinée sur internet; voire même que certains internautes, clients exclusifs au départ du site web, pourront - avec une bonne interactivité web-papier - acheter parfois (en ligne ou en kiosque) la version papier du titre... ou d'autres hors série et suppléments...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu