Avertir le modérateur

pouvoir

  • Le règne d'Anastasie?

    Est-ce que Sarkozy rime avec Anasthasie? En tout cas la question des relations entre le pouvoir et les médias alimente une nouvelle fois le débat... journalistique.

    On passe sur les affaires Genestar (viré pour avoir publié dans Match les indélicates images de Mme Sarkozy avec son compagnon extra-conjugal), JDD (l'info trappée sur le non vote de la même épouse indifèle su second tour des présidentielles), ou encore l'intervention de la nouvelle Garde des Sceaux pour retenir la publication de photos personnelles, plus récemment encore le papier "retenu" dans Courrier international parce que trop négatif pour l'image de la police française.

    Tous ces cas de "censure" ou d'"autocensure" '(quand c'est le rédacteur en chef ou le directeur d'un titre qui décide de ne pas publier renvoient à une certaine "peopolisation" de l'information qui, fatalement, s'aventure dans la sphère privée où chaque citoyen, même lorsqu'on est une personnalité publique de tout premier plan, peut juger qu'il a le droit (et la  loi le lui donne d'ailleurs) de se protéger.

    Les ciseaux d'Anastasie sont-ils pour autant aujourd'hui plus sollicités qu'hier?

    Restons dans le domaine de la vie politique. Les médias, et l'on devrait même dire, les journalistes, ont une pratique assez répandue du "off", confidences plus ou moins manipulatrices des uns (les politiques) aux autres (les journalistes).

    De cette "connivence" découle donc une certaine confusion des pouvoirs (le politique et le médiatique) qui finalement jouent sur des règles communes non écrites qui ne contribuent pas toujours à la juste et complète information du citoyen. Le droit à l'information cela existe, mais il s'use vite si l'on ne s'en sert pas.

    Toutes les vérités ne sont pas égales à dire, on est bien d'accord, et entre l'essentiel et l'accessoire (qui couche avec qui ?) l'information peut s'écrire en majuscules ou en bas de casse.

    Interrogeons-nous plutôt sur l'indépendance des médias au niveau économique c'est-à-dire sur leur capacité à exercer librement leur fonction dans des conditions économiques qui ne les fragilisent pas.

    Lagardère, Dassault, Bolloré, Arnaud, Bouyghes sont devenus des acteurs puissants de l'économie des médias.  Proches du pouvoir (de l'actuel), vont-ils actionner leur armada médiatique à son profit? Le nouveau président va-t-il instrumentaliser ses leviers médiatiques à son profit?

    Seule la vigilance des journalistes et leur sens critique (et autocritique) peut contrecarrer une telle tentation.

    Peut-être une bonne occasion de reconquérir un peu de liberté. Ce qui se passe sur internet avec la prise de parole citoyenne et une circulation de l'information qui échappe d'une certaine manière à la censure (avec le risque évident de déformation et de manipulation aussi... ) peut les y aider.

     

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu