Avertir le modérateur

reichman

  • Ariel Reichman à la galerie e.l.Bannwarth

    "How can I say something about them if you don't know who I am".

    AR1.JPG

    Comme dans tout l'Est parisien, c'est la rentrée pour la galerie e.l.Bannwarth qui présente jusqu'au 18 octobre le travail du photographe israélien Ariel Reichman. LE titre de l'exposition: "How can I say something about them if you don't know who I am".

    En exergue de son travail, Hito Steyerl explique: "Le monde vibre dans les photos d'Ariel Reichman. les objets se transformenth en sentiments troublants, ou consternants. Les maisons ou le arbres s'illuminent dans un éclat étrange, comme pris dans le faisceau d'un projecteur. Le danger et la fascination, le désir et la force, s'inscrivent ensemble dans ces photos. Le conflit Israël/Palestine luit à travers elles".

    Il ajoute: "Mais Ariel n'illustre pas la surface de conflit, il n'en fait pas un rapport. Il enregistre plutôt les intensités qui accompagnent la vision du conflit militaire, dans son choix de distribution de l'ombre et la lumière par exemple : des maisons longent l'autoroute, mais seules celles qui se trouve du côté israélien d'une frontière invisible sont illuminées de nuit."


    Sur la manière encore: "L'utilisation de la lumière, l'éventail des gris, qui rappelle celui d'un appareil de vision nocturne, sont les traces d'une force invisible. Même les photos qu’Ariel prend des plantes la nuit apparaissent comme une force ; la lumière projetée sur elles est envahissante, les choses sont figées dans un choc, dans la beauté.


    AR2.JPG Le temps de vivre, le temps de mourir, slogan de l’un des travaux vidéo de l’artiste, est exprimé dans ses photos en une fraction de seconde. Elles parlent de la vulnérabilité des hommes ainsi que du moment où les sensations submergent les êtres.
    L’esthétique japonaise a créé le terme « mono-no-aware » pour exprimer le pathos lié aux choses, l’empathie que l’on peut ressentir à leur égard, et la conscience de leur fugacité. Les photos d’Ariel Reichman se caractérisent par cette sensibilité. Elles dessinent un plan de sensations intenses, l’influence que peut avoir un conflit sur les sens, les sentiments et la perception."
    AR3.JPG

    Galerie e.l Bannwarth
    68, rue Julien Lacroix
    75020 Paris
    + 33 (0)1 40 33 60 17

    www.galeriebannwarth.com

     

    Un très beau travail, très sensible et fort...

     

    Le vernissage a lieu ce mercredi soir à partir de 18 h.

     

     

  • Group Show Bannwarth chez JBB: dernier jour

    367936877.JPGDernier jour ce dimanche 8 juin, pour découvrir les artistes de la toute jeune galerie parisienne e.l.Bannwarth, invitée durant la durée d'Art Basel, par l'espace JBB à Mulhouse (50, rue Franklin, au fond de la cour).

    Le vernissage de l'exposition présentée par Emilie Bannwarth, qui s'est déroulé le 1er juin dernier, a rassemblé de nombreux jeunes venus de l'exposition des écoles d'art Mulhouse 008 (nous reviendrons dans un prochain post sur cette manifestation et ses lauréats), mais aussi des responsables culturels et artistiques, tels David Cascaro, directeur du Quai, l'école d'art de Mulhouse ou les Kolkoz, artistes de la galerie Perrotin dont Emilie Bannwarth a partagé un bout de chemin.

    A Mulhouse, Emilie Bannwarth présente des oeuvres d'artistes déjà exposés dans son lieu parisien (Fahd El Jaoudi, Göcke Celikel, Riiko Sakkinen), de Philippe Servent (actuellement présenté à la galerie de Belleville) ainsi que des travaux d'artistes non encore présentés (Ariel Reichman, Juliette Leroux, Julie Leguern).

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu